Discipline Stratégie et Maîtrise d'Adversaires (SMA)

Un sport de combat et un art martial

I. Conception de la discipline
En pratiquant la discipline stratégie et maîtrise de l’adversaires, le pratiquant entre dans un statut d’adepte capable de maîtriser une situation d’agression face à un ou plusieurs adversaires.

La diversité de la discipline donne au pratiquant un savoir, un savoir faire technique et un savoir être dans la gestion d’un conflit gradué. L'ensemble des savoirs met l’adepte dans des conditions exceptionnelles d'expression, n’excluant pas l’aspect de communication.

Cette corrélation à l'autre s'établit dans une action motrice de découverte ayant pour contraintes ;

1.    La prise en compte d’un environnement,
2.    La gestion d’une distance,
3.    La gestion d’un ou plusieurs adversaires armés ou non,
4.    La réalisation d’une technique fonctionnelle, 
5.    Une connaissance et un respect des textes dans le cadre de l’usage de la force.

A l’entraînement, l’adepte apprend à proportionner et justifier sa riposte par l’application des techniques au niveau des zones de percussions codifiées selon le type d’agression.

Celles-ci  sont délivrées selon des règles à connaître et à respecter en situation de confrontation afin de privilégier la maîtrise de soi, la sécurité et le respect de l'autre.

La pratique de la discipline SMA pour les enfants et les adolescents doit être éducative et abordée par l'enseignant selon trois aspects :

1)    Les fondamentaux :
       L’attitude, Les positions, les distances, les zones, les esquives, les déplacements ;
2)    La technique :
       Les coups d’arrêt, Les moyens de contrôle, Les projections, Les immobilisations et les étranglements;
3)    La confrontation :
       Assauts à thèmes ou assauts éducatifs et techniques pieds/poings, travail sol, liaison sol debout et du travail moyen de  force intermédiaire. 

Cet entraînement suppose une efficacité générale grâce à ; l’analyse de l’adversaire, la précision et l’opportunité des stratégies de combat élaborées par l’adepte.

II Les enjeux de formation
Confronté aux problèmes de la pluralité technique du SMA d’être offensif ou défensif, elle impose au formateur de prendre en compte les qualités motrices et perceptives dans son enseignement ;
- précision, en apprenant à distinguer les trois zones de percussion ;
- vitesse d’exécution et proportion des coups d’arrêts selon le type d’agression ;
- souplesse et maîtrise des enchaînements [percussion et moyen de contrôle] ;
- stabilité, maîtrise des fondamentaux ;
- coordination, dans les enchaînements, les déplacements, en les amplifiant, et en les complexifiant (ex : percussion+ projection) ;
- évaluation de l'espace, distance/adversaire (s) ;
- prise de décision, obligeant à un compromis permanent entre se protéger/s'exposer en attaquant.

Sur le plan émotionnel
- confiance en soi, confiance en l'autre (camarade de travail) ;
- maîtrise de soi, de son émotion, vis à vis d'un partenaire devenu offensif;
- maintien d'une pression permanente, en subissant le moins possible la pression adverse ;
- gestion des différences, liées à la morphologie, au poids, à la mixité et à la dangerosité ;
- assumer les erreurs du partenaire (coups mal donnés, ou portés trop fort…)
- concentration à la fois sur des actions motrices (souci de soigner le style), et sur un projet tactique (être efficace, toucher plus que l'autre, pour gagner).

Sur le plan culturel
- accès à une pratique par la connaissance d'un code et d'un règlement intérieur, qui permet de respecter l'adversaire, de le toucher, sans interruption de l'affrontement ;
- entrée dans différents rôles : (pratiquant/citoyen).

P R O G R A M M E  DU  S M A

La demande didactique est à mettre en concordance avec le profil du pratiquant, qui présente des tendances du type ;
- amateur de sports individuels ;
- adepte des sports de confrontation et besoin de se dépenser ;
- recherche d’une méthode sécurisante (self défense) ;
- professionnel du monde de la sécurité recherchant une maîtrise des gestes techniques de défense, et une connaissance du  cadre juridique ;
- personne instable, agressif, cherchant à s'affirmer et à canaliser son énergie.

Les uns et les autres pratiquent en général dans la mixité, laquelle reste possible si les morphologies et les poids sont proches sauf lors des compétitions.

Trois types de pratiques :
1.    Défense avec ou sans arme ;
2.    Opposition : en "Compétition avec ou sans arme", amenant une décision, un gagnant ;
3.    Démonstrative : "duo en coopération", à visée esthétique, s'inscrivant dans la continuité et la logique des actions.

Dans les trois cas, il convient de se mesurer, de se comparer pour prouver son efficacité. Il s'agit de montrer des qualités technico-tactiques à un public, à des juges, sous la vigilance d'un arbitrage.

Les étapes de l'apprentissage :
La démarche d'apprentissage est à envisager selon une certaine unicité. On essaiera toutefois de distinguer quatre étapes :

I-Dans un premier temps, le pratiquant doit vivre une confrontation fonctionnelle et globale, où il doit découvrir des gestes défensifs, des gestes offensifs et multiplier des actions de mixité offensive et défensive ;
II-Dans un deuxième temps, le pratiquant doit privilégier la précision pour toucher et enchaîner des actions offensives et défensives.
III-Dans un troisième temps, le pratiquant  doit s'orienter vers plus de tactique, afin de mieux maîtriser l’adversaire (s)…
IV-Et enfin, le pratiquant doit apprendre à construire un projet d'ordre stratégique, le faire aboutir pour maîtriser son adversaire(s).

Date de dernière mise à jour : Dim 26 Juin 2016